Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 10:33

Il faut s’y résoudre, nous ne partirons pas dans des conditions météo idéales. Après 10 jours à étudier les fichiers grib, après multiples discussions avec les navigateurs en attente comme nous de bonnes conditions pour traverser, une constatation, toujours la même : le vent s’obstine à être de face pour le départ (nord-est) et très faible ! Il est impossible de prédire une météo pour toute la traversée (15 à 25 jours de mer), sachant que nous disposons de données sur 7 jours avec 3 jours fiables. Mais quitte à s’embarquer pour une longue traversée, autant choisir un début agréable ! Tant pis, nous nous résignons à partir vent dans le nez, sous peine d’être encore aux Bermudes dans 1 mois ! Et puis cela fait 3 bateaux que l’on voit revenir au port avec des problèmes techniques (haubans ou étais qui lâchent, problèmes de pilote, etc) , nous finissons par stresser, entourés de ces bateaux malchanceux. Nous vérifions 2 fois les haubans….et puis, enfin…


Lundi 30 mai, c’est le départ. On fait les pleins, on dit au revoir aux amis, nous nous retrouverons aux Açores ! Comme prévu, 3 jours de petit temps, record de lenteur pour Apache (78 milles le 1er juin), nous tirons des bords, mais nous sommes résolus à ne pas mettre le moteur : nos réserves de gasoil sont insuffisantes (55L au total), et seront utilisées uniquement pour recharger les batteries afin de faire fonctionner le pilote automatique.

acore 034

 

La bonne nouvelle, c’est que ça nous laisse le temps de nous amariner tranquillement, de se familiariser à la houle ample et longue de l’Atlantique. Et de fêter les 30 ans de Gwénaël au calme, avec un gâteau au chocolat (fait à la casserole, je ne vous le conseille pas sauf si vous aimez frotter les plats au moment de faire la vaisselle !), tout de même très bon !

 

acore 027
4ème jour, ça décolle enfin, Apache fait même 173 milles en 24h le 3 juin, le vent tourne en notre faveur, petit largue, c’est confortable.

acore 036

 

On s’imagine déjà arriver au grand galop….sauf que Eole en a décidé autrement : on nous annonce une dépression tropicale très violente (vent > 50 nœuds, presque un cyclone !), remontant des Antilles et se dirigeant vers les Açores. Elle nous barre la route. Tout le monde est unanime (nous communiquons par téléphone satellite avec les autres bateaux, qui parfois ont des routeurs professionnels à terre qui les guident), il faut s’arrêter et attendre qu’elle passe…dans 5 à 6 jours ! C’est un coup dur pour le moral. Situation encore inédite, nous nous mettons à la cape en plein océan, c’est à dire que nous nous laissons dériver avec une toute petite voile d’avant qui nous stabilise (un peu !) et partons vers le nord. Finalement, même s’il est un peu rouleur, notre mouillage au milieu de l’eau,  il présente d’autres avantages : nous n’utilisons pas le pilote car nous attachons la barre à contre, ce qui nous laisse de l’énergie pour regarder des films, écouter de la musique. Et puis nous nous reposons un peu puisque nous arrêtons de veiller la nuit : on dort et on fait confiance à nos instruments pour détecter un éventuel cargo. Nous essayons de positiver, en se disant qu’il vaut mieux être là que dans la tempête, en remerciant notre téléphone satellite qui nous a permis de l’éviter. 48 h plus tard, nous repartons, sous trinquette seule pour freiner notre allure (qui reste encore à 5 nœuds avec presque 30 nœuds de vent), puis sous génois seul. Les nouvelles données sont plus rassurantes : la dépression passe plus au sud, et sera moins forte que prévu initialement. Nous remettons toutes voiles dehors le 6 juin.

 

acore 019

 

Apache à vitesse réduite, sous trinquette seule.

 

Contrairement à la transat aller, les vents sont beaucoup plus irréguliers, changent de direction, de force, ce qui rend finalement la navigation plus intéressante. Nous mettons la trinquette au près, puis le spi vent arrière, prenons un ris, puis 2, etc. 1er cargo croisé au bout de 7 jours, il n’y a pas foule par ici ! Très bien, nous allègeons nos quarts : nous mettons la montre à sonner toutes les 30 min, plus pour surveiller le réglage des voiles que pour les cargos, nous nous en remettons à notre AIS et à notre activ-écho. Bonne nouvelle, on a moins chaud, ce qui nous permet de barrer dehors. On a même presque froid, sous la grisaille ou les pluies orageuses ! Le temps aussi est très changeant, entre grand soleil et grisaille bretonne !

acore 031
La pêche n’est pas miraculeuse : 1 wahoo d’1m22 en quittant les Bermudes, ce qui sera suffisant pour nous nourrir toute la traversée et 1 thon la veille de l’arrivée.

acore 049Nous apercevons de temps à autre des tortues, des dauphins, des oiseaux marins qui nous accompagnent. Le temps passe tranquillement, lecture, sieste, abdos, cuisine… et le 14 juin : « terre, terre à l’horizon », c’est Flores, notre première étape aux Açores.
Au total, 14 jours et 22 heures de mer, 1889 milles parcourus, on est plutôt contents malgré nos 2 jours à la dérive et 2 jours à vitesse réduite.

Partager cet article

Published by voilier apache - dans Récit navigation
commenter cet article

commentaires

Bourry 17/06/2011 06:58


Slt une belle pris du wahoo et bien gérer votre retour vous etes des bons navigateurs felicitation pour votre voyage.

@+ Martial


Alain 16/06/2011 13:14


Bravo et merci pour votre récit détaillé. On s'y croirait.
Bonne visite des Acores.
Alain (rencontre aux Bahamas)


Présentation

  • : Le blog de voilier apache
  • Le blog de voilier apache
  • : Voyage de Karen et Gwénaël sur Apache autour de l'atlantique, un voilier Pogo 8.50 : destination Les Antilles et l'Amérique Centrale. Nos récits de navigations, nos mouillages, nos aventures, ...
  • Contact

Recherche