Navigation dans les Antilles

1 mois de navigation entre La Martinique et La Guadeloupe

 

Pendant ce mois de navigation aux antilles, nous avons parcouru 320 milles et fait les étapes suivantes (dans l’ordre chronologique) :

-          Martinique

o   Le Marin

o   La Grande Anse d’Arlet

o   Saint Pierre

-          La Dominique : baie de Portsmouth

-          Les Saintes : Terre de Haut (Grand Bourg), Terre de Bas (Fideling bay)

-          La Guadeloupe

o   Pointe à Pitre

o   Ile au Gosier

-          Marie Galante

o   Saint Louis

o   Grand Bourg

-          Les Saintes

-          La Guadeloupe : Basse Terre

-          La Martinique : Le Marin

Notre itinéraire n’est pas des plus logiques, nous devions retrouver 2 amis à des moments différents, aux Saintes et en Guadeloupe, puis récupérer notre génois laissé au Marin à notre arrivée. Cela a nécessité de faire quelques milles en plus !

Toutes nos navigations seront réalisées sous le vent des îles et nous avons constaté qu’entre début janvier et février, l’alizé n’a pratiquement pas varié en direction : globalement Est. Sa force variait entre 15 et 25 nœuds. Par contre, sous les îles, les vents sont considérablement modifiés par l’influence des montagnes. La Martinique avec la Montagne pelée, La Dominique avec Morne Diablotin et 3 pitons, La Guadeloupe avec La Souffrière, tout ces sommets se situent entre 1350 et 1500 m, ce qui a pour effet de créer des couloirs de vent (effet Venturi) entre les îles. Pendant notre croisière retour (120 milles entre La Guadeloupe et La Martinique),  l’alizé était annoncé de force 5 à 6 (ce qui est assez fort), nous avons donc été secoués dans les canaux (entre les îles) où le vent était de l’ordre de 30 nœuds. Par ailleurs, nous sommes passés à 10 milles au large de La Dominique, ce qui nous a permis d’éviter l’absence de vent derrière les sommets. Durant cette navigation, nous avons été à 55° du vent apparent avec 2 ris dans la grand voile et la trinquette. Notre voilier s’est montré bien équilibré pour ces conditions et nous nous sommes régalés durant cette navigation un peu musclée. Mieux vaut avoir du matériel dans lequel on a confiance car la mer est assez dure et le vent souvent irrégulier.

Lors de notre remontée de l’arc, nous avons longé au plus près les côtes et avons cruellement souffert de l'absence de vent lié au relief. Nous avons observé beaucoup de voiliers au moteur. En effet, il est extrêment pénible de naviguer avec des vents passant de 5 à 25 nœuds et variant en direction de 60°. Nous n’aimons vraiment pas ce genre de situation et nous ne regrettons pas de nous être éloignés des montagnes lors de la descente de l’arc. Nous avons aussi noté un courant de 0,5 à 1 nœud allant d’est en ouest.

 

Les grains

 

Nous en avons subit quelques uns. Les vents augmentent à l’approche de la masse nuageuse (5 à 10 nœuds en général) puis retrouvent leur force normale sous le grain, là où la pluie tombe fortement. Il faut toutefois rester extrêmement vigilant et réduire la voilure : nous nous sommes fait piéger lors de notre arrivée en Martinique, à 3 milles du Marin, le vent est passé de 20 à 50 nœuds en 2 minutes et nous avons déchiré la chute de notre génois ! Nous avons été baptisé dès notre arrivée.

La Cartographie

 

                Ces zones sont très bien cartographiées et nous n’avons jamais relevé d' erreur sur notre logiciel de navigation. Cependant, nous sommes restés dans les mouillages classiques où se trouvent toujours des centaines d’autres voiliers : c’est un peu la baie de Quiberon au mois de juillet et août !

 

Présentation

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés