Lundi 29 août 1 29 /08 /Août 20:40

 Après une semaine passée à Galway, Apache retrouve un peu d’allure avec son nouveau mât de 7,5 m, se dressant vers le ciel. Quant a son skipper, il retrouve le moral grâce à la solidarité et l’entre aide Irlandaise. C’est avec regret que je laisse mes nouveaux amis pour prendre la route du sud. Je compte naviguer jusqu’à Courtmacsherry où l'on me prête un mouillage pour laisser Apache le temps que le nouveau mât arrive. Au programme, des navigations de 20 à 40 milles en longeant la côte.

 

Apache en Irlande

 

Une bonne fenêtre météo se présente, avec des vents de nord est, synonyme de vent arrière pour joindre la pointe ouest. Cette côte Irlandaise est grandiose : de hautes falaises tombent dans la mer et les montagnes de la péninsule de Dingle dominent l’horizon. Pendant les navigations, je rencontre très peu de voiliers mais découvre une faune exceptionnelle : pingouins, macareux, phoques, baleines, dauphins, fous de bassan, puffins… Mon pilote étant en panne, je profite de mes longues heures de barre pour observer cette richesse.

 

 Apache greement fortune 5

Apache avec son petit gréement de fortune voiles en ciseaux

 

Arrivé dans la baie de Smerwick, un coup de vent est annoncé. Je mouille au fond dans 6 m d’eau en mettant toute ma chaîne. Un autre voilier arrive pendant le coup de vent et mouille son ancre à mes côtés. Dehors, c’est la tempête avec une pluie battante, il n’est pas question de descendre à terre. Je reste dans le bateau pour surveiller qu’il ne dérape pas et en profite pour faire une petite sieste. Au réveil, le bateau voisin est à la côte. Son ancre a chassé, un bout s’est pris dans son hélice et je le vois se balancer sur les rochers. Vite, je prends mon annexe pour le retrouver. Après quelques discussions, je retourne chercher mon second mouillage, y empennelle son ancre et nous y joignons 50 m d’aussière. Je largue ce mouillage avec mon annexe le plus loin possible de lui. De retour à son bateau, nous bordons l’aussière avec l’aide de son winch, les ancres tiennent bon et le bateau se dégage des roches ! Ouf !!! Mon nouvel ami Irlandais respire un peu. Entre temps des pêcheurs nous voient et vont chercher leur bateau pour remorquer le voilier jusqu’à leur corps mort. Suite à cette nouvelle aventure et avec cette météo (grand frais de force 7 à 8), je mouille mon second mouillage à la Bahamienne. La nuit ventée se passe sans incident, bien au chaud dans Apache en attendant l’accalmie.

 

Deux jours plus tard, le beau temps revient et je me mets en route pour Valentia Island. Au passage des Iles Blasket, je m’arrête quelques heures sur la principale : Great Blasket. Cette île tout en longueur et haute de 270 m est impressionnante : ses hautes falaises tombent dans la mer. Du haut de l’île, la vue sur la presqu’île de Dingle est magnifique. Je lève l’ancre dans l’après midi pour traverser la baie de Dingle et gagner l’abri offert par l’île de Valentia Island, à côté du village de Portmagee. Un 2nd coup de vent doit passer demain et je suis coincé ici pendant 3 jours. Je profite de cette période de mauvais temps pour visiter cette contrée balayée par les vents et dominée par des montagnes avoisinant les 1000m.

 

irlande 2 082

 

L’étape suivante est importante : 40 milles par vent arrière de force 5 à 6. Mon gréement démontre sa robustesse et son efficacité. Je file 5 bons nœuds vers Crookhaven. La mer est forte mais tout se passe bien car elle me pousse. Au passage de la pointe sud ouest de Mizen Head, en face du Fastnet, un bateau des gardes côtes m’aborde. Ils mettent à l’eau leur  zodiac et 2 douaniers montent à mon bord. Ils m’expliquent que j’ai été signalé comme étant en détresse ! Je ne comprends pas, si ce n’est le fait que mon petit gréement puisse paraître étrange et peut être aussi qu’en l'absence de pilote, ma route est quelque peu zigzagante lorsque je quitte la barre pour manger, faire le point, récupérer du matériel … Ils m’interrogent et fouillent mon bateau. Ils ne veulent pas me laisser seul rejoindre un abri et m’accompagnent pendant près de 2 h jusqu’à Crookhaven. Une fois mouillé, je dois me rendre à leur bord où l’officier m’interroge de nouveau, ils font des photocopies de mes papiers. Alors qu'ils s'apprêtent à partir, ils m'apprennent l'arrivée de mes parents à Kinsale qu’ils ont également contrôlé contrôlé ce midi. J'avoue être très surpris ! Ils me montrent alors la feuille du registre des contrôles et en effet, leur nom y figure bien : incroyable !. J’étais loin de m’imaginer qu’ils avaient déjà fait la traversée pour me retrouver. Les gardes côtes Irlandais me prêtent leur téléphone afin que je les appelle : ils sont bien à Kinsale avec Karen !!! Je n’en reviens pas mais c’est décidé, je pars demain à leur rencontre.

 irlande 2 067

Petite pause sur l'île de sherkin Island avant Courtmacsherry (en face)

 

A la suite d’une nouvelle journée à la barre d’Apache, j’entre dans la rivière de Courtmacsherry où l’on m’a prêté un mouillage. Je retrouve mes parents une heure plus tard sur leur Océanis 361, quelle joie après toutes ces galères !!!

 

traversée Irlande france 016

Lever du soleil à Courmacsherry

  

Nous en profitons ensuite pour visiter la côte sud sur leur voilier et réalisons de belles pêches de lieu. Les eaux sont incroyablement poissonneuses.Journalirlande 3 027

  

  

Karen et Gwen dans Atria

 Peche lieu 

P8130052

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pêche aux lieux

  

  

  

  

  

  

  

P8120031Les phoques sont bien visibles sur ces côtes de l'Irlande

 

irlande 3 047

Rivière de Castlenhaven

 

Après une semaine de balade, nous retrouvons Apache. Je sympathise avec les Irlandais, en particulier Marc Gannon, s’occupant des mouillages de l’Angling Sea Center Courmacsherry, petite société faisant faire des balades et pêches en mer. Nous restons 2 jours ici en attendant un bon créneau météo pour le retour. Celui-ci est bien au rendez vous et nous nous décidons à prendre  la mer avec les 2 bateaux. Karen et moi sur Apache, mes parents sur Atria.

 

traversée Irlande france 021

Préparation d'Atria (voilier de nos parents) à Courmacsherry avant le départ pour la France

 

Nous quittons Courmacsherry au lever du jour en faisant cap sur les îles Scilly. La traversée se passe sans soucis et nous arrivons aux Scilly juste à temps, avant que les vents tournent en notre défaveur. Nous mouillons à St Mary's et repartons le lendemain avec des vents de Nord, nous assurant une allure portante. Nous faisons plus d’une douzaine d’heures de voile sans moteur, c’est vraiment agréable. Vers 2 h du matin, nous traversons le rail des cargos pour arriver à Camaret vers 15h. Quel soulagement d’en finir avec cette traversée sans pilote, où avec Karen, nous nous sommes relayés à la barre sans discontinuer durant deux jours et deux nuits.

 

DSCF2753

 Apache avec son gréement de fortune dans la Manche

 

 traversée Irlande france 028

Atria sous voiles à nos côtés, c'est rassurant

 

Les jours suivant, nous poursuivons la route par petites étapes aux côtés d’Atria jusqu’à Concarneau où Apache est mis à sec pour faire tous les travaux. Une bonne remise en état s’impose après cette année de navigation.

 

Brave Apache, il mérite bien cela avant de repartir vers de nouveaux horizons.

 

DSCF2758

 

 traversée Irlande france 065

 

Finalement cette étape irlandaise s’est soldée avec bien sûr quelques frayeurs, mais aussi et surtout avec le souvenir de moments inoubliables sur l’accueil, la solidarité et la très grande hospitalité de ce peuple chaleureux. Et je vais conclure cet épisode irlandais en empruntant le dicton classique à propos de la météo   « Cela aurait pu être pire » !

 

 

 

Par voilier apache
Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Présentation

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés