Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 15:20

Après 2 jours et 3 nuits de navigation depuis notre dernière étape au Honduras, nous atteignons le Guatemala. La météo est en notre faveur puisque la houle diminue, le vent est régulier à 20 nœuds, plus de grains à l’horizon, il faut en profiter pour entrer dans le passage difficile car peu profond du Rio Dulce. C’est en effet par là que passent tous les navigateurs (surtout américains), venant se réfugier dans cette rivière d’eau douce pendant la période des cyclones. Le seul passage délicat est l’entrée, car il existe un banc de sable ne laissant passer que les bateaux de moins de 1,8m de tirant d’eau. Or nous faisons tout juste 1,75m à vide, donc un peu plus chargé.

guatemala 008

Bouée signalant l'entrée du Rio, nous sommes d'abord accueillis par les pélicans

 

Nous apercevons un autre voilier devant nous, au petit jour, qui se dirige vers le rio. Appel VHF, c’est un français, Sébastien et son Océanis 44 « Two much » fait également 1,75m de tirant d’eau. La marée haute étant à 12h40, nous décidons courageusement de le laisser passer devant nous vers 11h, et le suivons au ralentit, les yeux sur le sondeur. Two much touche, s’échoue, et ne tarde pas à être accosté par une lancha locale, lui proposant moyennant finance (50 dollars) de l’aider à passer. Nous faisons marche arrière, mettons l’annexe à l’eau et partons sonder au fil à plomb pour chercher le passage le plus profond. Malheureusement, il y a 1m60 à 1m80, nous n’avons pas le choix que de négocier avec une lancha pour entrer : ils ont l’habitude de tirer sur une drisse passant en haut du mat pour faire giter le bateau. Ainsi inclinés, nous gagnons 10 cm, et passons tout juste. Nous mouillons ensuite à Livingston, contactons par VHF les autorités pour faire les formalités d’entrée. En attendant que celles-ci viennent à bord, nous sommes invités pour prendre le café sur « Two much », Sébastien a acheté son bateau avec son frère et a pris, comme nous, 1 an de dispo pour faire le tour des Caraïbes en partant des Etats-Unis. Il nous donnera des renseignements précieux sur les Bahamas. Les autorités arrivent, 5 personnes (douanes, immigration, capitaine du port, médecin) qui ne visitent même pas le bateau puisqu’ils nous demandent d’apporter nos papiers sur « Two much », ça leur évite de monter à bord de notre petit bateau inconfortable (ça roule un peu) et sans taud pour se protéger du soleil. Ils nous expliquent qu’il faut aller dans chacun de leur bureau respectif aux 4 coins de la ville, s’enregistrer et bien sûr payer une certaine somme à chaque fois, au total une centaine d’euros. Nous en profitons pour visiter Livingston, charmante ville dont l’accès ne se fait que par la mer (pas de route).

guatemala 030Lever du jour sur l'entrée du RIo Dulce
Le lendemain, nous nous levons dès le lever du jour pour profiter d’une relative fraicheur (28-30° !!) pour remonter le rio Dulce. C’est sensationnel ! Végétation luxuriante, aigrettes, pélicans, cormorans plongeant devant nous et remontant le bec rempli de petits poissons, pêcheurs sur leur pirogue en bois, maisonnettes sur pilotis…et puis nous naviguons comme sur un lac, pas une vague et de l’eau douce ! Nous en profitons pour dessaler le bateau, faire une grande toilette d’eau douce pour Apache et son équipage. Nous mouillons au bord d’un îlot pour nous rafraichir et explorer les berges marécageuses en annexe. guatemala 076

guatemala-049.jpg

guatemala 041
Vers 15h, nous arrivons à la ville de Rio Dulce, le traffic des lanchas promenant les touristes devient plus intense, les marinas se succèdent sur les berges du fleuve. Nous cherchons, après le pont, la marina Gilbert DUPRE dont les tarifs sont parmi les plus avantageux. Marina étant un bien grand mot, puisqu’il s’agit d’un ponton en bois, bordant le terrain de Gilbert un français marié à une guatémaltèque, qui s’est vu accueillir des bateaux presque par hasard, après que l’un d’eux (notre voisin de ponton Nono) lui ait demandé la permission il y a 2 ans. Nous faisons vite la connaissance de nos voisins, au nombre de 3, Philippe, Nono et Yannick qui tout de suite nous proposent de nous prêter un taud, une clé 3G pour l’accès internet. Tout le monde est de bons conseils, tant sur les sites à visiter au Guatemala, que sur nos futures escales en bateau (Belize, Cuba, Bahamas). Nous avons même le droit à un pot d’accueil dans une ambiance familiale. Nous sommes vraiment ravis d’avoir fait tout ce chemin pour arriver dans cet endroit paisible. Maintenant, nous laissons Apache se reposer et partons découvrir l’intérieur du pays sac sur le dos, pendant une quinzaine de jours avec Jef, que nous retrouverons à l’aéroport de Guatemala City.

 

 

guatemala 098

Apache au ponton de la marina Gilbert Dupré, en configuration pays chaud, avec le taud prêté par notre sympathique voisin morbihannais!

Partager cet article

Published by voilier apache
commenter cet article

commentaires

Bourry 01/03/2011 20:54


Salut il faut mieux metre 50 euro que de casser je pense quand on a pas le choua, bonne promenade a vous deux et @+ Martial


Présentation

  • : Le blog de voilier apache
  • Le blog de voilier apache
  • : Voyage de Karen et Gwénaël sur Apache autour de l'atlantique, un voilier Pogo 8.50 : destination Les Antilles et l'Amérique Centrale. Nos récits de navigations, nos mouillages, nos aventures, ...
  • Contact

Recherche